IMG_20171002_100642_844

 

Hé bonjour,

J’espère aujourd’hui à travers ce petit billet, faire réfléchir certains et certaines et peut-être changer d’avis aussi sur un sujet. Le fait de se prendre en main.

Je développe, vous me suivez pour la plupart depuis le début, d’autres en cours de route, mais vous avez tous et toutes remarqué mon implication dans le sport et la diète que je suis depuis quasi 1 ans.

J’avais envie de partager mon petit parcours, pas pour donner des leçons ou m’attirer des compliments, non parce que ce que je le fais c’est pour MOI, uniquement, les autres je m’en fou.

J’entends souvent, « oui, mais pour toi c’est facile », « oui, mais toi tu es motivée », « oui, mais j’aime trop manger », « oui, mais quand je vois du monde », « oui, mais bon j’ai pas le temps », « oui, mais seul c’est dur », etc…

J’aimerai vous raconter l’histoire d’un petit eucalyptus, qui a passé 25 ans de sa vie, à s’en foutre, de son corps, de la nourriture saine, elle mangeait beaucoup, beaucoup trop, n’importe quand, tout ce qui lui passait sous la main, des pâtes au gouté, du pain à gogo, des bonbons pas trop, mais des bêtises. Elle menait sa petite vie, sans se soucier de rien, à l’adolescence et après encore, quand elle cherchait à rencontrer quelqu’un elle entendait toujours le même refrain « t’es super sympa, mais je préfère qu’on reste amis ». Elle le savait, elle n’avait pas un physique digne des 1ères de couvertures, qui font baver les mecs. On lui a carrément dit parfois, qu’elle ferait bien de perdre quelques kilos (doux euphémisme). Même son père était cruel envers elle, un été pendant qu’elle barbotait dans la piscine il lui dit « bon, la baleine, faudrait voir de sortir de l’eau là ». Même sa mère ne s’est pas privée de remontrance du genre « tu te trouves pas assez grosse comme ça. » Mais le petit eucalyptus s’en foutait. Ouai fin ça, c’est ce que la majorité des filles font croire. Qu’elles assument leur en bon point et qu’elles se sentent bien comme ça, foutaises…

Bien sur ce petit eucalyptus c’est moi. Je me suis dit souvent « aller, maintenant ça suffit, reprend toi en main ». Je me suis inscrite à plusieurs reprises en salle de sport, motivée, déterminée, oui enfin seulement 2 mois quoi, je baissais à chaque fois les bras. Je pense avoir passé au moins 3 ans de ma vie à payer des salles de sports à vide. Frustrant, de ne plus se supporter, d’être mal dans sa peau au point de tourner le dos aux miroirs, de se cacher dans des vêtements ultra amples. Je me trouvais sans arrêt des excuses, « demain, j’arrête », « oui, mais j’ai une grosse ossature, je serai jamais mince »…Et un jour, je ne sais pas, j’ai eu un déclic, je vous ai déjà parlé de mon chemin avec l’application le secret du poids, ça a vraiment été mon salut. Je me suis enfin rendu compte des quantités que je mangeais, que je mangeais, gras, mal et surtout trop et n’importe quand.

 

J’ai commencé par faire du sport à la maison avec des chaînes Youtube (parce que NON aller à la salle n’est pas obligatoire pour se reprendre en main), puis ça m’a donnée envie de faire un peu plus, je me suis inscrite en salle de sport, avec la ferme intention de m’y tenir. J’étais portée par l’élan de kilos envolés grâce à l’application, ça m’a boostée. J’ai commencé par aller à la salle 2 fois semaines, pour faire du cardio, je faisais principalement du vélo elliptique, car j’ai des soucis de dos, et marcher sur un tapis ça me fait assez mal, je reste coincée pendant une semaine ^^. Puis j’ai voulu voir à quoi jouait l’homme côté musculation, dieu que j’ai eu peur devant tous ces trucs trucs là. J’y connaissais rien, je ne savais pas pourquoi c’était faire, mais j’ai essayé. Au fil du temps j’ai continué de perdre des kilos. Et c’est là que l’envie d’être suivie m’est venue. Et j’ai fait appel au même coach que romain à cette époque-là et au final ça fait 3 ans qu’on bosse ensemble.

 

Aujourd’hui je m’entraîne 5 fois par semaines, c’est le nombre de séances que j’ai dans mon programme, elles sont intensives, je souffre, j’ai du mal sur certains exo, mon corps réagit pas comme je le voudrais, je ne progresse pas assez vite, mais je prends plaisir à aller m’entrainer.Alors je vous voir venir d’ici avec vos « oui, mais tu ne travailles pas, t’as QUE ça à faire meuf ! ». Alors sache petit mammifère, que MEME lorsque je travaille, que j’enchaîne 50 à 60h semaine, que je bosse de nuit, en finissant parfois à 7h, je trouve toujours le temps de m’organiser pour faire au MINIMUM 4 séances, sur les 5 prévus. Oui parfois, je sors du boulot, 7h je n’ai pas dormi de la nuit, et je vais faire ma séance, oui parfois, je quitte  à 13h j’ai la dalle, je reprends le soir à 18h30, mais je vais faire ma séance, alors que la salle est BLINDE et que j’ai horreur de ça.

 

Sache que MOI aussi, j’adore mangé, et que Monsieur et ma meilleure amie pourront te confirmer m’avoir vu m’enfiler, un énorme burger, avec frittes, et suppléments ALIGOT en plat, suivi d’un magnifique pain perdu, boule de glace, coulis choco, chantilly en dessert.Oui, moi aussi, j’aime me bouffer des paquets de M&m’s, des Kinder Bueno, autres bons plats aussi, raclette, tartif, et choucroute sauf que je sais juste être raisonnable.Malgré ma diète, parfois je prends une semaine de relâche, oui 6 mois d’affilé c’est long, les athlètes tiennent, mais je n’en suis pas une (maybe one day !!!), donc pour palier à l’orgie de frustration, je lève le pied, mais même pendant ce break je me contrôle. Demandé encore à ma meilleure amie, ou à la famille, s’ils ne m’ont jamais vu me ramener avec mes tup tup contenant ma diète préparée en avance, car je ne voulais pas sortir de mon plan alimentaire.

 

Pourquoi je vous raconte tout ça ? Parce que ça ne m’est pas tombé dessus comme ça, tout est dans la tête, le conditionnement mental, y est pour beaucoup. En 2015 lors ma 1ère sèche, j’avais faim, vraiment, et quand j’appelais le coach pour lui dire, sa réponse ? « T’as faim ? beh bois ! », Voilà.Parfois, on se dit « j’ai faim », mais en réalité, on a JUSTE envie de manger, c’est pas la faim ça. Pour la motivation c’est pareil, si tu pars avec en tête, de toute façon c’est trop dur j’y arriverais pas, ça ne fonctionnera jamais. Je sais ça paraît être de belles paroles toutes faites, mais rien ne vient tout seul. Il faut se battre.

 

Vous ne croyez pas qu’il m’a fallu du courage et de la motivation pour retourner à la salle en octobre 2016 après ma grossesse et mes 35kilos sur le cul, alors qu’en 2015, j’en avais perdu 25 !!! Je quitte la salle à 65kilos je reviens j’en fais 86…. Mais je l’ai fait, oui je me sentais moche, grosse, et surtout pas à ma place mais j’y suis allée, je me suis accrochée, et malgré le regard mauvais de certains, je suis parvenir à revenir au  mieux de moi-même. Aujourd’hui quand je vois une personne forte à la salle, je me dis « yes, top, elle se prend en main, elle vient et donne son possible pour changer ». Il faut être positif. Ça vous poussera toujours vers le haut.

 

J’ai pas commencé avec 7-8h de sport/semaines, non progressivement, on apprend à marcher avant de courir. Et pour ceux qui me disent « oui, mais vous êtes deux, c’est PLUS FACILE », plus facile de quoi ? Le jour où je n’ai pas envie, romain me traîne pas par la peau du uc, il me dit « demmerdes toi ». Oui une semaine sur deux on est « ensemble » à la salle, mais on fait chacun de notre côté nos exercices, on se croise et on bosse pas ensemble (juste quand je le soule pour vous faire des storys !!!)

 

LE MENTAL, voilà ce qui vous bloque, un fitness man dit « vous êtes votre seule limite ». Et c’est VRAI. Conditionne toi en battant et en vainqueur tu verras ce sera plus facile que de faire la victime. Des excuses on en a tous. Je ne juge personne, je n’accuse personne, je donne juste mon avis. Mais quand on se supporte plus, qu’on n’aime pas notre reflet dans le miroir et que nos tailles de jeans nous fait fondre en larme, on se secoue le baba et on se dit qu’il serait temps de changer. Et pas besoin d’attendre le 1er janvier ou LUNDI…

 

Bisous

 

Cr0che.

 

IMG_20171013_094604_305